Destination Bonnecombe

Aujourd’hui, nous avons décidé d’aller pêcher en famille sur l’Aubrac. Nous n’avons pas prévu de canne à pêche et nous ne possédons pas la carte de pêche lozérienne, mais qu’à cela ne tienne, nous irons pêcher la truite à l’étang de Bonnecombe ! Là-bas, pas besoin de tout ça, puisque des cannes à pêche sont disponibles à la location et que l’on paye au nombre de truites achetées.

1er arrêt : Saint-Germain-du-Teil

Avant de partir en direction du Col de Bonnecombe, on prend le temps de petit déjeuner au café de Saint-Germain-du-Teil. La place est charmante, bordée d’arbres et de vieilles demeures. Elle est dominée par une jolie église du XIXème au clocher remarquable. On nous a dit que ce village marque la « porte de l’Aubrac » et on y sent déjà le grand air du Plateau … C’est désormais l’heure de prendre la voiture en direction du Col de Bonnecombe.

Arrivée à Bonnecombe

Après avoir dépassé le Col du Trébatut et le village de Salces, on continue de grimper jusqu’à arriver à destination. On a pris de l’altitude rapidement puisque de 750 mètres nous voilà passés à 1340 ! D’ailleurs, le Signal de Mailhebiau, point culminant de l’Aubrac avec ses 1469 mètres, est tout près. On se gare sur le parking prévu à cet effet et on rejoint l’étang de pêche. Mais avant de commencer à pêcher, direction le chalet d’accueil où nous sommes très bien reçus. On choisit la formule du ticket de 8 truites pour 19 euros, on loue quatre cannes à pêche, achète une boite de teigne, et c’est parti direction le lac ! On trouve rapidement un petit coin tranquille et ombragé où toute la famille peut s’installer.

Il pleut des truites !

Nous passons le reste de la matinée et le début d’après-midi à pêcher tous ensemble. Après une pause pique-nique et une petite sieste au soleil pour certains, on reprend les cannes à pêche pour attraper les quelques truites restantes, ce qui sera chose faite en peu de temps. Fière de notre butin, on repart en direction de notre voiture, non sans avoir fait le tour du lac par le petit ponton aménagé.

On prolonge la journée ...

Mais l’air de l’Aubrac, ça creuse ! Avant de redescendre du plateau, on décide de réserver dans un restaurant afin de déguster le fameux aligot. Et pour patienter jusqu’à l’heure de la réservation, quoi de mieux que d’aller marcher en suivant les pistes de ski de fond de la station voisine ? Pas beaucoup de neige en cet été ensoleillé, mais elles sont balisées et nous permettent de faire une belle balade à travers les bois du Baronte sans nous perdre.

Au revoir à l'Aubrac au coucher de soleil

On a adoré cette journée mais nous sommes malgré tout contents qu’elle se termine, pour aller déguster l’aligot bien mérité ! Une fois repus, on reprend la route mais on ne résiste pas à la tentation de nous arrêter sur la route un instant pour admirer le soleil qui se couche au loin. Nul doute que nous reviendrons bientôt passer une journée ici. En attendant, demain midi, ce sera truites au menu !