-A +A

Le petit patrimoine de la Vallée du Lot

Témoin de modes de vie ancestraux.

Le petit patrimoine de la Vallée du Lot

Il n'est nul endroit en Lozère plus propice à l'implantation humaine que la Vallée du Lot. Entre Aubrac et Margeride au Nord et Causses au sud, les habitants de la Vallée ont su cultiver leurs singularités mais aussi conserver leurs points communs avec ceux des hauts plateaux qui les encercle. Découvrez le petit patrimoine de ce lieux d'exception, et laisser vous conter, à travers les pierres de grès rouges ou ocres, la vie des anciens.

Les croix

La Lozère possède de très nombreuses croix. Elles sont le symbole de la ferveur religieuse qui animait le Gévaudan autrefois. Leur grand nombre ne doit pas faire oublier que chacune que vous croiserez sur votre route est là pour une fonction précise. On peut les classer en plusieurs grands groupes : croix de christianisation placées sur des lieux de cultes païens, croix de culte des morts, croix de pèlerinage, croix de procession et de mis­sion et enfin croix de bornage. Celles placées aux abords des chemins et des ponts per­mettaient aussi de rassurer le voyageur car elles évo­quaient la présence de Dieu sur des chemins dangereux et pourvoyeurs de bien des maux.

Le métier à Ferrer

Il servait comme l’indique son nom à ferrer les animaux utilisés pour le débardage et les travaux des champs. On ferrait principalement des vaches et des bœufs, plus placides que des chevaux. Ces «ferradous», comme on les appelle ici, sont les témoins du passé agricole lozérien et se font désormais de plus en plus rares car la plupart, en bois, su­bissent l’usure du temps et nécessitent d’être entretenus.

Le Four à Pain

Dans les campagnes lozériennes où la vie était rude et où l’ombre de la disette planait constamment sur la population, le pain était indis­pensable. Avant le développement des boulangeries, les habitants du village se retrouvaient régulièrement autour du four banal, où l’on pro­cédait à sa fabrication. Les fours sont la plupart du temps construits sur le même plan : ils se composent d’un hangar en toit charpenté ou voûté couvert de lauze, ainsi que d’une chambre de chauffe protégée par des murs maçonnés et toujours voûtée afin de conserver la chaleur.