Montjézieu

Le "Mont des Juifs" perché au dessus du Lot.

Découvrez le village de Montjézieu

Montjézieu est un village atypique. Ses maisons perchées parfois à quelques mètres du vide bénéficient d’une vue exceptionnelle sur la Vallée du Lot. Certaines sont construites à même la roche et laissent paraître celle sur laquelle reposent leurs fondations. Le lieu est empli de légendes sorties du fond des âges et son charme continue de percer à travers ses ruelles étroites à l’ombre du château.

Le village faisait partie, avec Auxillac, de l’ancienne paroisse de Salmon. Il est désormais commune associée à La Canourgue. De son promontoire, il domine la rive droite du Lot. Situé entre la Vallée du Lot et le plateau de l’Aubrac, son château, désormais classé, était la sentinelle d’un lieu de passage fréquenté, d'autant plus qu'en 1360 le traité de Brétigny qui attribue le Rouergue aux anglais en fait alors une zone particulièrement sensible car le Gévaudan devient la frontière entre les territoires anglais et français.

Le "Mont des Juifs"

La commune doit selon la tradition son nom à une colonie de juifs implantée depuis des temps reculés. Elle se nomme déjà « Monte Judeo » en 1307 comme l’indique l’acte de paréage conclu entre Philippe Le Bel et Guillaume Durand, évêque du Gévaudan. A Montjézieu se trouvait une synagogue, qui a laissé son nom à la place. Celle-ci fut décrite au XIXème siècle par le chanoine Bosse. Elle était composée d’une grande salle de 6m sur 9m à l’étage d’un vieil immeuble possédant, sous une arcature dirigée vers l’est, une armoire évoquant l’arche d’alliance. Selon la tradition, le nom du village viendrait du fait qu’une communauté juive s’y serait installée depuis des temps très anciens. Leur présence sur le site est attestée depuis 1121. On sait grâce à un acte de paréage conclu entre Philippe le Bel et Guillaume Durand que l’on désignait le château de Montjézieu en 1307 comme « Castrum de Monte Judeo », le Mont des Juifs. Cette année-là Guillaume V Durand décide de les bannir du Gévaudan, suivant les directives de Philippe le Bel qui un an plus tôt avait décrété leur expulsion du royaume de France et la confiscation de tous leurs biens. La communauté juive reviendra malgré tout quelques années plus tard à Montjézieu.


On peut attester que des communautés juives se sont installées dans plusieurs lieux du Gévaudan dès le XIIème siècle. Il est néanmoins probable que ces colonies soient plus anciennes. Au cours du XIIIème siècle le Pape interdit à plusieurs fois de les « vexer ». Cependant dès l’année 1290 l’évêque de Mende, Guillaume V Durand , leur définit plusieurs interdits dans ses « Instructions ». Ils n’ont par exemple pas le droit d’employer des domestiques chrétiens et ne doivent pas sortir les trois derniers jours de la semaine sainte. En public, ils doivent porter une cocarde ronde de couleur différente de celle de leurs habits pour que celle-ci soit bien visible.

Le Saviez-vous ?

La route passant à Montjézieu et montant vers les hameaux de Marchevites et de Reilles était une ancienne voie romaine. La présence des villages romains dans cette partie du territoire n’est pas étonnante car on se trouve à quelques kilomètres seulement de Banassac, un des lieux les plus productifs de France en matière de fabrication de monnaie et de poterie à l’époque. On a également découvert à Reilles, hameau à l’ouest de Montjézieu, une belle mosaïque gallo-romaine en pierres blanches et bleues à décors géométrique. Non loin de là près d’Auxillac au hameau de Cadoule se situe le Ron de Gleiso où on était repéré une douzaine de bâtiments gallo-romain sur une colline calcaire qui parait avoir été occupée continuellement les 4 premiers siècles de notre ère.

  • Le château de Montjézieu
  • La chapelle Saint-Jean du Bédel
  • Le four à pain
  • Le Métier à Ferrer