Laval du Tarn

Entre Causses de Sauveterre et Gorges du Tarn

Le village de Laval-du-Tarn

Fondé sur le prieuré de la « Bienheureuse Marie de la Vallée », le village pittoresque de Laval-du-Tarn, qui s’est d’abord appelé Laval-du-Causse, domine majestieusement les Gorges du Tarn de son Causse de Sauveterre et offre des chemins de randonnées et des points de vues incomparables. Le village et ces hameaux longtemps isolés sont désormais facilement accessibles aux amoureux des jolis paysages et du patrimoine caussenard.
 

Un peu d'Histoire

La contre-révolution à Laval du Tarn

Après la Révolution de 1789, la destitution du roi et de nombreuses mesures anti-religieuses, un mécontentement très fort gronde au nord de la Lozère et les habitants entame une « contre-révolution », menés par la figure emblématique de l’ancien député du tiers-état Marc Antoine Charrier, originaire de Nasbinals. Celui-ci réussira à s’emparer en 1793 d’une grande partie de la Lozère, et alors qu’il est victorieux à Mende et à Chanac, des troupes originaires des villages de la Malène et de Laval s’organisèrent. Jean-Joseph Monestier, maire de Laval, décide de rejoindre les troupes de Charrier encore présent à Mende. Il rencontre en chemin une troupe d’ardéchois patriotes, qu’il crurent d’abord être Charrier et ces troupes. 52 hommes furent ainsi fait prisonnier ce jour-là. 51 des 52 prisonniers furent condamnés à mort et exécutés le 11 juin à Florac. Charrier fut lui capturé et executé le mois suivant.

Les Castels

Le quartier du Castel, signifie « château » en occitan. Il se nomme ainsi car c’est ici que ce trouvait le Castel du village, probablement en lien avec les châteaux de Grandlac et de La Caze. Celui-ci a été remanié au fil des siècles et divisé en plusieurs habitations. Certaines portent encore à l’intérieur les stigmates de ce passé, il est cependant difficile désormais de se le figurer en les observant. La paroisse de Laval du Tarn a connu au cours de sont histoire cinq Castels. Deux ont été conservés : le château de La Caze et Grandlac, l’une s’étant convertie en hôtel de luxe, l’autre en propriété privée interdite à la visite. Les autres se situaient à Rauzas et Perrière. Moins majestueux, leur architecture évoque plutôt celle de manoirs. Ces édifices sont des propriétés appartenant à des privés, il donc d’usage de respecter leur tranquillité.