-A +A

Fleurs des Grands Causses

A la découverte des orchidées et des cardabelles.

Une flore particulière s’est adaptée à la sécheresse des hauts plateaux. Discrète, elle se réveille au printemps et nous émerveille avec ses champs de coquelicots, sauges des prés et autres fleurs des champs.

La Carnabelle

La Cardabelle, de son vrai nom Carline à feuille d’Acanthes, est une plante sauvage qu’on retrouve dans le sud de la France, sur le pourtour méditerranéen. Cette jolie plante de la famille des chardons a pour particularité de capter la lumière du soleil en s’ouvrant et à se protéger de l’humidité en se refermant. Ainsi, elle servait de baromètre aux paysans des Causses. Elle est aussi, dit-on, une porte bonheur, et il était commun de la retrouver séchée, accrochée à la porte des maisons, des granges et des étables. Comestible, on mangeait aussi son cœur, qui a un goût proche de celui de l’artichaut, tandis qu’on consommait sa racine considéré comme remède contre de nombreux maux. Aujourd’hui, plus question de la cueillir : cette plante est protégée, ne l’emportez donc pas avec vous lorsque vous la croiserez au détour d’un chemin.

L'anémone pulsatille

Cette fleur est bien reconnaissable à ses pétales violets foncés et son cœur jaune d’or. La face externe de ses pétales, ainsi que ses feuilles, sa tige et ses boutons sont velus. Avant d’éclore, le bouton est lui aussi très velu, au couleurs gris-vert avec des petites touches violette à son extrémité. Elle affectionne les terrains calcaires d’altitude, ainsi on la retrouve en grand nombre sur les Grand Causses. Comme la cardabelle, elle s’ouvre au soleil et se referme quand le temps devient pluvieux, mais contrairement à elle, elle est hautement toxique. Cependant, ses pétales séchés sont parfois utilisés pour leurs qualités calmantes et analgésique, à certaines doses scrupuleusement contrôlées.